Dossier : Jardin botanique de Thuret

La Villa Thuret, Jardin merveilleux au coeur d'Antibes


À la découverte du jardin botanique de la Villa Thuret ...

   

... en compagnie des BTSA Production Horticole du Lycée d'Antibes :

SOMMAIRE


La vie trépidante et passionnée des ateliers

La découverte sensorielle s'est taillée un énorme succès auprès des jeunes collégiennes et collégiens.

D'un atelier à l'autre...

Dès le début de l'installation de l'atelier 5 "Balade sensorielle", Bastien annonce : "On va vous bander les yeux...", premiers frissons, la reconnaissance à l’aveugle peut commencer.
Zoé enchaîne : "On va vous diviser en trois groupes, deux de 5 et un de 6 personnes On va vous présenter différentes espèces, leurs utilisations et leurs impacts écologiques…" (les petits gazouillent). Orane obtient un premier succès quand elle annonce : "Vous pouvez nous appeler par nos prénoms et nous tutoyer ! Mais attendez on va vous donner les consignes..."

Les groupes se forment, les foulards sont en place... Le premier groupe de Bastien se met en marche, en riant et en hésitant. Dans le bruit de jungle des feuilles sèches d'eucalyptus, Bastien a beau jeu de lancer : "Il faut vous tenir, sinon vous allez vous perdre !" La partie est d'ores et déjà gagnée quand les dégustations réservent leurs premières surprises :

- Un collégien : "C'est une datte, c'est sûr !"

- Une collégienne : "Aaah, c'est farineux..."

Orane est au pied d'un énorme eucalyptus avec son groupe aux yeux bandés :"Allez-y, goutez ! Pas d'allergie à l'eucalyptus ? À quoi pensez-vous ?" Les mots fusent et intriguent :"Comme la pommade..." ; "C'est pour l'haleine !" ; "La toux !" ; "Ah, oui, les bonbons suisses..."
Personne ne s'est ennuyé, c'est garanti.

L'ambiance de l'atelier n°4 est survoltée.

« … pendant qu’un de vous va chercher la bonne défense, revient avec la bonne défense, tape dans la main de Marie et après doit courir attraper quelqu’un de l’autre équipe… On vous montre. »

♦ RETOUR AU SOMMAIRE ♦


Témoignages


Agnès Laurens (Professeure d'Éducation
Socioculturelle) s'entretient avec une de ses
étudiantes en BTS.


Agnès Laurens, en discussion avec François
Kolmer, président du CPIE

Quentin vient d'une faculté de biologie.
Le BTSA le motive beaucoup plus.

Brendan était étudiant à Montréal, en
biologie également. Le BTSA correspond
mieux à ses envies de concret.

Les animations au sein de la Villa et du Jardin Thuret

Qui organise, qui intervient ?

"En fait le CPIE est officiellement missionné pour assurer des animations à la Villa Thuret. Il y a un partenariat étroit.

Quand il s'est agi de respecter les volontés de Monsieur Thuret il était bien spécifié que l'endroit devait rester accessible au public. La journée des collèges s'inscrit dans cette logique là." Agnès Laurens, professeure d'Éducation Socioculturelle à l'EPL d'Antibes, encadre les interventions des étudiants en BTSA depuis le début de la collaboration. "Nous, lycée horticole et les étudiants en première année du BTS Productions Horticoles nous sommes les principaux acteurs de cette journée. Je travaille en lien étroit avec Aurore Blanquet et certains animateurs du CPIE qui viennent prêter main forte lors de la journée des collèges."

S'initier à la conduite d'un projet

"Là, avec les BTS 1ère année on est vraiment dans un projet de classe mais en revanche, j'ai souhaité les faire participer dès la première année parce que ça leur permet de s'initier à la mise en place d'un projet même s'ils n'en sont pas les seuls responsables, ils voient le montage, la mise en place de partenariats divers, la nécessité de trouver des moyens, les financeurs (le CG 06 finance une partie du projet), il voient la nécessité de travailler avec les jeunes des collèges. C'est une bonne entrée pour les projets conduits dans le cadre de l'Éducation Socio-Culturelle."

Tout le monde sur le pont 

"C'est aussi un challenge : Comment une promotion à peine arrivée dans l'établissement qui ne connaît rien de la botanique, rien du monde végétal, peut, en deux mois maximum, être à même de transmettre un savoir ? Je les mets au courant du projet, à la Villa Thuret, dès les premiers jours de la rentrée de septembre. Même les deux étudiants (Quentin et Brendan) qui nous ont rejoints en retard seront chargés d'observer le travail de leurs camarades... Leur implication sera également forte. Et c'est intéressant aussi."

Les derniers seront les premiers, en quelque sorte.

Quentin : "Moi je viens d'une fac de biologie. J'ai quitté la semaine dernière parce que le cursus ne me plaisait pas. Là je suis donc  placé en observateur, j'observe tous les groupes pour savoir comment fonctionne la classe, comment fonctionnent ces journées. Il va falloir que je m'acclimate à ce nouveau lycée, dans l'enseignement agricole... J'avais fait un cursus STAV pour ensuite aller  à la fac et là je reviens à l'agriculture. En fait je connais pas mal l'enseignement agricole. Depuis ce matin je me rends compte qu'il y a beaucoup de découvertes, c'est assez excitant, franchement. C'est très intéressant pour moi."

Brendan :  "J'étais en fac au Canada, en biologie à Concordia à Montréal. Je suis français et irlandais. La fac ne me convenait pas ; c'était que du théorique, sans application dans la vie de tous les jours. Le BTS m'intéressait plus. J'ai donc fait le transfert il y a quelques jours. J'ai des connaissances théoriques en biologie, mais en agronomie, en économie, c'est nouveau. Ça l'air intéressant, c'est concret, et je sais que ça va me servir." Brendan prend son rôle de contrôleur très au sérieux : "On fait la part des bons points et des moins bons. Surtout dans la relation avec les élèves..."

Quentin : "Comme l'a dit Brendan, on observe, on décrit les activités, les points forts, les points faibles. On voit bien que nos collègues sont motivés ; c'est très important. Et puis il faut savoir quel est le but de ces activités. Là, par exemple, il faut reconnaître les végétaux par le sens de l'odorat. Parfois par le toucher, parfois par le goût. Ce sont des activités ludiques adaptées aux enfants. Ils ne doivent pas avoir un vocabulaire très scientifique parce qu'ils s'adressent à des 6è plus particulièrement. Ils adaptent donc leur vocabulaire. Et ça marche très bien pour l'instant."

Brendan : "On a apprit que ce matin qu'on devait faire le tour des ateliers, qu'on prenne des notes, qu'on évalue... C'est la première fois que je fais quelque chose comme ça."

♦ RETOUR AU SOMMAIRE ♦


Le jardin aux trésors de la "Journée des collèges" du Var


Buste de Gustave Thuret dans la pinède de la Villa


Depuis la Villa, une large allée conduit au coeur du jardin.

Le palmier de Guadaloupe (1920) est un des nombreux arbres remarquables du lieu.

Conservatoire vivant, riche de 1500 espèces de plantes, arbres et arbustes

... le jardin botanique de la Villa Thuret offre une palette végétale d’exception. L’INRA gère ce trésor et poursuit le travail engagé par le botaniste Gustave Thuret au milieu du XIXe siècle.

Chaque année - coordonnée par le CPIE des Iles de Lérins et Pays d'Azur - la "Journée des Collèges" ouvre le Jardin Botanique de la Villa Thuret à toutes sortes de découvertes :

  • Des parcours pédagogiques et ludiques pour accéder à des notions complexes comme l’adaptation des végétaux à la sécheresse ou la lutte biologique...
  • Des étudiants en BTS 1ère année Production Végétale du Lycée Horticole "Vert d’Azur" d'Antibes y animent un parcours de découverte des bio-agresseurs, des la sécheresse et le feu, ou encore une balade de découverte sensorielle.
  • Le Muséum d’Histoire Naturelle y présente un atelier sur les écureuils à ventre rouge.
  • Les chercheurs de l’Inra font découvrir la protection biologique des végétaux.
  • L’association "Les Amis du Jardin de la Villa Thuret" présente les outils du jardinie.
  • Les éducateurs à l’environnement du CPIE des Iles de Lérins familiarisent les collégiens avec les notions d'adaptation des plantes, de biodiversité et de gestion durable des ressources végétales.

"Le plus beau jardin que j’ai vu de ma vie..." 

George Sand (1804-1876)
La célèbre romancière, journaliste, grande voyageuse de surcroît ne fut pas insensible aux charmes du jardin et de la villa :

« Je fus frappée de cette sorte de stupeur où la grandeur des choses extérieures nous jette en parcourant un jardin admirablement situé et admirablement composé à la pointe d’Antibes. C’est, sous ces deux rapports, le plus beau jardin que j’ai vu de ma vie. Placé sur une langue de terre entre deux golfes, il offre un groupement onduleux d’arbres de toutes formes et de toutes nuances qui se sont élevés pour cacher les premier plans du paysage environnant. »

« Le créateur de ce beau jardin a-t-il eu conscience de ce qu’il entreprenait ? A-t-il vu dans sa pensée, lorsqu’il en a tracé le plan, le spectacle étrange et unique au monde qu’il offrirait lorsque ses plantes auraient atteint le développement qu’elles ont aujourd’hui ? Si oui, voilà un grand artiste ; si non, s’il n’a cherché qu’à acclimater des raretés végétales, disons qu’il a été bien récompensé de son intéressant labeur. »

(extraits de la correspondance de George Sand)

♦ RETOUR AU SOMMAIRE ♦




Découvrez tout notre agenda..

AGENDA


Agenda 21 : Cadre institutionnel

Education au développement durable

Des fiches pédagogiques, des ressources, des liens et des projets, la plateforme EDD mutualise initiatives et données pour enseigner le développement durable.  Conçue par des acteurs de l’enseignement agricole, elle constitue un site clé pour tous ceux qui s’intéressent aux thématiques du développement durable. http://edd.educagri.fr/






Francoise DEGACHE

Françoise DEGACHE
Animatrice Régionale
Agriculture & Développement Durable
francoise.degache@educagri.fr


DigneDigne
GapGap
AntibesAntibes
Aix-en-provenceAix-en-provence
MarseilleMarseille
Saint-Rémy de ProvenceSaint-Rémy de Provence
HyèresHyères
Les arcs-sur-argensLes arcs-sur-argens
AvignonAvignon
CarpentrasCarpentras
Isle-sur-la-SorgueIsle-sur-la-Sorgue
OrangeOrange