Entretiens : Jean-Marie SEILLAN

Directeur Régional de l'Agriculture et de la Forêt Provence Alpes Côte d'Azur


Effectifs prévisionnels et perspectives pour 2008-2009

 

Jean-Marie Seillan, Directeur Régional de l'Agriculture et de la Forêt Provence Alpes Côte d'Azur. 


Les lycées agricoles publics de Provence Alpes Côte d'Azur "sont quand même très urbains" souligne Jean-Marie Seillan. Et si à Digne-Carmejane ou à Gap, l'espace rural est omni-présent, c'est dans la bonne distance, en quelque sorte, et c'est un atout supplémentaire pour mieux s'inscrire dans un "pays" et être en capacité d'en magnifier les atouts.

Des promesses d'effectifs à confirmer

Au 26 août 2008, l'inventaire des effectifs de rentrée a été communiqué aux services régionaux par la Mission de la stratégie et des systèmes d'information de la Direction Générale de l'Enseignement et de la Recherche.

Pour les seuls établissements du service public, Provence Alpes Côte d'Azur compte 3 682 inscrits, soit une évolution positive de 2,85 % par rapport à 2007.

"Il s'agit d'un inventaire de début d'année, pondère Jean-Marie Seillan. Il y en a un autre qui se fait au début de l'année calendaire, c'est-à-dire en janvier. En général, on s'aperçoit qu'entre les effectifs de septembre et les effectifs de début janvier, il y a  une "fuite" : des gens qui ne se sont pas retrouvés dans ce qu’ils avaient demandé, ou autre indisponibilité... Je suis satisfait, c'est vrai, mais tout n’est pas gagné. Ce qui est pris n’est plus à prendre, mais on recomptera les effectifs en janvier.

"En effectif total (privé et public confondus) les établissements d'enseignement agricole de la région Provence Alpes Côte d'Azur peuvent compter sur 6 939 inscrits (6 820 en 2007). Jean-Marie Seillan précise : "Au plan national on est à moins 1% ; nous, en PACA, on est à plus 2,8% en public et à un point de moins en privé.

En effectif global on est donc à plus 1,7%, je crois. (Il sourit) Je préfère avoir 2,8 points d’écart, dans ce sens là que dans l’autre. Je n’y suis pas pour grand chose. C'est une affaire collective et j'en suis heureux. Ce sont les équipes qui font les journées portes ouvertes… Et puis il y a peut être une attractivité – mais qui est compliquée à gérer parce qu’on fait le grand écart – des métiers du rural ou de l’extrême agricole, jusqu'à la vente de produits "maison", de plantes, etc. (...)

Les exploitations et la formation des agriculteurs

Les exploitations attachées aux lycées agricoles intéressent beaucoup. Notre ministre, Michel Barnier, leur accorde beaucoup de prix et ne manque jamais l'occasion d'en vanter les mérites.

"On travaille au développement des exploitations des établissements avec le Conseil Régional, qui est très tenté par l'agriculture biologique.(...) Bio, moins bio... Il faut être attentif. Il faut tout apprendre. Dans notre formation d'agriculteurs, il faut tout appréhender, le biologique mais aussi la lutte intégrée ; l'agriculture durable n'est pas que biologique. Tout celà, évidemment, est  dans notre escarcelle et si on ne le faisait pas, qui d'autre le ferait ?"


 

(propos recueillis et photos, le 2 septembre 2008 à Saint-Rémy-de-Provence par Didier Rousselle)




Découvrez tout notre agenda..

AGENDA


OSEZLEMIX, les voix de la mixité !

Voici le clip produit par la Cité des métiers dans le cadre du projet OSEZLEMIX de la DRDFE.

 



Dossiers agroalimentaire AGRESTE (Avril 2015)

La statistique, l'évaluation et la prospective agricole


DigneDigne
GapGap
AntibesAntibes
Aix-en-provenceAix-en-provence
MarseilleMarseille
Saint-Rémy de ProvenceSaint-Rémy de Provence
HyèresHyères
Les arcs-sur-argensLes arcs-sur-argens
AvignonAvignon
CarpentrasCarpentras
Isle-sur-la-SorgueIsle-sur-la-Sorgue
OrangeOrange