JMFR 2010

Journée Mondiale des Femmes Rurales


La Journée Mondiale de la Femme Rurale

La Journée Mondiale de la Femme Rurale

La "J.M.F.R." a véritablement trouvé une place de choix, en Provence Alpes Côte d'Azur, tant au sein des établissements d'enseignement agricole public, qu'auprès des agricultrices soucieuses de solidarité. Un petit village tout entier, Saint-Auban d'Oze, s'est même pris au jeu de la convivialité en accueillant la "journée régionale" (sous l'égide du Conseil Régional Provence-Alpes-Côte d'Azur), "Champs libres" aux femmes, aux agricultrices, mises en lumière à plus d'un titre.

 

 

 

Jeudi 14 octobre 2010,

Sophie BERTON, apicultrice à Fontvieille accueillait près de 130 élèves en provenance des lycées agricoles d'Avignon, d'Aix Valabre, de Hyères et de St Rémy-de-Provence, accompagnés par une trentaine d'enseignants... 

 

Vendredi 15 octobre, le Lycée des Eméyères à GAP ouvrait ses portes aux partenaires et aux visiteurs d'une JMFR sur le thème "Alimentation et santé au coeur des territoires"...

Samedi 16 octobre, le village de Saint-Auban d'Oze accueillait "Champs Libres", une rencontre itinérante, greffée par le GR SIVAM sur la Journée Mondiale des Femmes Rurales et désignée comme la "journée régionale PACA"...

Le CRIPT PACA a bien évidemment participé activement à l'organisation et à la relation de ces journées particulièrement enthousiasmantes...

Le retour en images :


Jeudi 14 Octobre - Mieux manger au coeur des Alpilles

Jeudi 14 Octobre - Mieux manger au coeur des Alpilles

La journée mondiale de la femme rurale, célébrée chez Sophie Berton, au Rucher de la Cala Melosa, au coeur des Alpilles

Depuis 1995, La Journée mondiale de la femme rurale, célébrée chaque 15 Octobre, est organisée dans plus de 100 pays autour du monde.
Donc, pourquoi pas en région Provence-Alpes Côte d’ Azur ?

Pourquoi pas dans les Alpilles ? et pourquoi pas chez Sophie Berton qui se bat depuis 20 ans pour vivre et travailler dans ce beau massif ?

La Région Provence-Alpes Côte d’ Azur, séduite par ce projet, a permis, comme elle le fait depuis 2006 avec le GRCIVAM (Groupement Régional des Centres d’Initiatives pour Valoriser l’ Agriculture et le Milieu Rural) et le CRIPT (plateforme des lycées agricoles publics), de monter ce beau projet en le soutenant financièrement.

Partout dans le monde, les femmes rurales jouent un rôle majeur dans la sécurité alimentaire ainsi que dans le développement et la stabilité des campagnes. La journée mondiale de la femme rurale a pour ambition de rappeler à la société combien elle leur doit et de leur rendre l'hommage qu'elles méritent.

Et chez Sophie Berton, accueillir des élèves de lycées agricoles, des enseignants, d’ autres agricultrices et d’ autres acteurs du monde rural pour rendre cet hommage et permettre à tous ces gens de se rencontrer, de se connaitre et d’ envisager de nouveaux projets, c’est une journée inoubliable dans un site magnifique !

Avec un jour d’ avance sur la date officielle, un sujet de choix était au programme : « Alimentation et santé au cœur des territoires » et ils ont été plus de 140 à célébrer cette journée mondiale de la femme rurale avec beaucoup d’attention et de curiosité. Ils étaient venus des Lycées Agricoles de St Rémy,

l’Isle sur Sorgue, Aix-Valabre, Hyères et Avignon. Des agricultrices et des acteurs du monde
rural animateurs d’associations ou de structures diverses : GRAIF, Arl’ Ethique, APTE, Graine du paradis, lemniscate, les pimprenelles, Sillons , GRCIVAM, MSA, FDSEA 13… ont pu échanger dans des ateliers sur les thèmes suivants : Environnement et Territoire, Santé et alimentation, Agriculture
biologique, Echanges culturels et Commerce équitable.
Dans la magnifique yourte, l’ exposition photographique « Femmes dans les jardins maraîchers d’ ici et d’ ailleurs » servait de décor à l’ atelier « Echanges culturels » où Mirela Peteu, roumaine, assistante linguistique au LPA de St Rémy, a pu présenter la situation des femmes rurales dans son pays.

« La Taberna Romana » (traiteur inspiré par Apicius, célèbre gourmet romain) a permis à certains élèves de préparer une sauce toute particulière pour le poulet du buffet : Il fallait bien prévoir de quoi rassasier les jeunes appétits, en poulet, lentilles, salades sauvages et fromages...

Des créations furent aussi au rendez vous : grâce à la Compagnie « par les villages », un atelier théâtre a permis aux élèves de vivre des moments intenses et émouvants en mettant en scène les rapports homme-femme dans la vie de famille. Grâce à Diana Jaramillo, des fresques furent réalisées au pied du Prieuré et les artistes du jour ont pu repartir avec une œuvre : gageons que ces œuvres décorant leur salle de cours, permettront aux élèves de ne pas oublier cette belle journée.

Merci à Sophie Berton et Sylvie Sognos, (enseignante au LPA des Alpilles à St Rémy) d’ avoir été les chefs d’ orchestre de cette journée, merci à tous !

Texte : Françoise Degache


Vendredi 15 Octobre

une matinée riche en échanges pour les lycéens et apprentis  du Lycée agricole de GAP



A l'occasion de la Journée mondiale de la femme rurale du 15 octobre, le groupement régional CIVAM (Centre d'Initiatives pour Valoriser l'Agriculture et le Milieu rural) organise, depuis 2006, le Festival Champs libres.
L'édition 2010 de ce festival, soutenu financièrement par la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, a eu lieu dans les Hautes-Alpes: le vendredi 15 octobre au lycée agricole, et le samedi 16 octobre à Saint-Auban d'Oze.

 Au programme de la matinée du vendredi, des ateliers animés par des intervenants (organismes institutionnels, associations), témoignages de professionnelles des métiers en milieu rural : pluri-activité, conditions de vie, statuts, insertion (installation et création d’entreprise), droits des femmes en milieu rural, situations de la femme rurale à l’étranger.

Sous forme de jeux, les élèves de SMR 2 (2ème année, Service en Milieu Rural), ont  animé un atelier « Racontez moi votre pays ? », pour échanger sur différents aspects de la vie des femmes : vie sociale, travail, droits et liberté, politique familiale en Russie, Mayotte, Espagne.


Dans un autre atelier, le CIDF (Centre d’Informations sur le Droit des Femmes) a donné la parole aux élèves qui, grâce à des scénettes et des dessins, ont pu réagir sur les droits des filles, comme des garçons : droit de dire, de ne pas dire, droit de faire, de ne pas faire…Echanges permettant d’aborder tout naturellement des notions de droit français et de pointer du doigt, différentes formes de violence.
 
Un atelier a permis aux élèves, d’échanger sur l’intérêt ou non d’habiter en zone rurale : quelles conditions de vie avons-nous ? et voulons nous ?  Même nos hormones sont influencées par nos lieux de vie…et nos comportements changent !

Dans  l’atelier « pluriactivité», les intervenants d’origine diverses  (Marina ancienne élève du lycée et conductrice d’engins, Leslie infirmière, Francine agricultrice, Loïc juriste) ont eu deux  idées fortes à faire passer : « vous ferez plusieurs métiers dans votre vie, au même moment mais aussi au cours de votre vie…  et les contrats des employeurs  sont tous différents … »  et « pour débuter, comme pour poursuivre, il faut se créer un réseau, des liens sociaux et professionnels… »
Mais les filles (intervenantes, élèves) discutaient entres elles à la fin de l’atelier : comment trouver des « petits boulots » quand les agences d’intérim ne veulent pas prendre leur inscription sous prétexte qu’il n’y pas d’offre d’emplois pour les femmes?

Cette demi-journée a permis aussi de mettre en avant  des projets d'élèves, des expositions, des projections, des comptes-rendus d'actions pédagogiques, et nous avons clôturé par un repas au féminin, sur une table magnifiquement décorée par les élèves des sections Services à la personne. Menu, apéritif, boissons étaient à base de produits fournis par des agricultrices locales et la plupart issus de l’agriculture biologique.

Bravo  à Christine Davée, enseignante documentaliste et Guylaine Sarrand, conseillère principale d’éducation pour cette magnifique réussite !!
 
En partenariat avec le CRIPT, une affiche  présentant les ateliers a ensuite été réalisée, et, comme une affiche  présentant la journée des Alpilles du 14 Octobre, ces affiches on été exposées dans le village de Saint Auban d’Oze pour la journée Grand Public :
Pour plus d'informations sur le festival Champs libres, cliquez ici.


Vendredi 15 Octobre : interview de christine NIVOU

Vendredi 15 Octobre : interview de christine NIVOU

Entretien avec Christine NIVOU, Conseillère Régionale Provence Alpes Côte d'Azur, déléguée à la ruralité.

- Didier ROUSSELLE (pour le site web du Cript) : "Madame la Conseillère Régionale, savez-vous à quoi tient le "petit miracle" de convivialité et de dynamisme, auquel on assiste, aujourd'hui, dans un tout petit village comme Saint-Auban d'Oze ?"

- Christine NIVOU : "D'abord, on est dans un écrin, dans ce Val d'Oze qui est magnifique. Qu'il puisse accueillir aujourd'hui une journée régionale, c'est fantastique. C'est un grand plaisir pour moi, qui suis à la fois élue des Hautes-Alpes et femme élue à la Région, déléguée à la ruralité... Je suis donc particulièrement sensible à la "Journée Mondiale des Femmes Rurales"... Je suis également Maire de Veynes, de l'autre côté de la montagne. À Saint-Auban d'Oze, les femmes du monde rural ont toute leur place, et parfois au-delà de ce que certains imaginent. Elles sont mères, conjointes. Elles sont chefs d'exploitations et moteur de l'AMAP locale, ou encore, administratrice de notre office du tourisme..."

- D.R. : "Il est rare qu'une "journée régionale" se tienne dans un tout petit village comme celui-ci ? Votre choix n'était pas sans risque ?"

- Christine NIVOU : "Saint-Auban d'Oze est vraiment en capacité de mettre en valeur le monde rural et la place des femmes dans le monde rural. Nous y sommes venus, en juillet, avec le Vice-Président de la Région, Jean-Louis JOSEPH (qui s'occupe notamment de l'agriculture et de la forêt) et les professionnels qui nous ont accueillis à St Auban d'Oze étaient à 100% des femmes : Femme arboricultrice, femme éleveur, femme propriétaire de gîtes ruraux... C'est aussi un formidable espoir de voir des jeunes dans ce village qui ont à coeur de poursuivre les activités des parents... Je salue aussi l'engagement du maire ; j'ai remarqué qu'il avait cette ligne, cette volonté... Le village a toujours eu comme axe prioritaire, de maintenir son agriculture, de sauver ses terres agricoles, de ne pas gaspiller l'espace. Et aujourd'hui on arrive dans un village magnifique, bien entretenu ; qui a restauré son patrimoine et qui a su préserver l'espace pour que des jeunes, aujourd'hui, soient en capacité de s'installer. Et ça c'est vraiment une réussite. De plus, il est classé "village fleuri". Il n'y en n'a pas beaucoup de cette taille là dans la région. Il fallait d'abord sauver l'activité et non pas greffer quelque chose d'artificiel et dans l'air du temps. Mais aujourd'hui ça prend tout son sens."

- D.R. : "Saint-Auban fait partie du projet Parc Naturel Régional des Baronnies Provençales ?"

- Christine NIVOU : "On a 4 communes de la communauté de communes des deux Buech qui sont concernés à titre de communes isolées, St Auban d'Oze, Chabestan, Le Saix et Oze.  Elles sont dans ce très beau projet de parc naturel régional des Baronnies Provençales, qu'on espère voir aboutir en 2012. Je pense que ce sera aussi le moyen de valoriser vraiment ce qu'ont fait les acteurs sur place, ceux qui ont su maintenir ces activités. Le PNR doit être un outil supplémentaire pour leur donner le coup de pouce et pour développer les circuits courts..."

- D.R. : "Un Parc Naturel Régional, qui se trouve "à cheval" sur deux régions, c'est plutôt un atout ou plutôt un inconvénient ?"

- Christine NIVOU : "C'est un atout, mais c'est un peu plus difficile à construire...
J'en suis aujourd'hui la première vice-présidente aux côtés d'Hervé RASCLARD ; on a vraiment souhaité être moteurs, d'un côté comme de l'autre, en Drôme et dans les Hautes-Alpes... Nous sommes parvenus à effacer cette ligne des départements et à reconstituer un territoire en dehors de ces limites administratives qui sont parfois compliquées quand on veut faire quelque chose... On avait un peu d'inquiétude concernant "les oreilles" du parc, concernant la question du périmètre du PNR... Des gens disaient, "Qu'est-ce qu'on va faire dans les Baronnies provençales ?" "C'est quoi ces franges ?" En fait, on a eu, fin septembre, l'avis intermédiaire des services de l'État qui n'ont donné que des éléments positifs et n'ont pas du tout remis en question ce périmètre."

- D.R. : "Ces territoires isolés, limitrophes, n'ont-ils pas besoin d'attentions particulières ?"

- Christine NIVOU : "Ce sont des territoires à la fois, magnifiques, préservés, de grande qualité environnementale mais où il est difficile de faire du développement, d'accompagner des projets, parce qu'on est à l'échelle de communes très petites, souvent isolées... Je le dis depuis que je suis élue régionale, ce projet de parc est le seul outil de développement pour le sud des Hautes-Alpes ; il ne faut pas passer à côté... Surtout que les communes non signataires de la charte seront exclues pendant douze ans. Ne seront intégrés dans ce périmètre que ceux qui délibéreront en faveur du PNR. Les communes qui ne souhaiteraient pas y être ont ce libre choix, mais c'est une lourde responsabilité pour les élus..."

- D.R. : "Le projet de Parc Régional ne convient pas à tout le monde. On a dit que les chasseurs, par exemple, ne le verraient pas d'un bon œil ?"

- Christine NIVOU : "On a les fédérations de chasse et de pêche qui travaillent avec nous. Il y a encore des gens qui sont réservés, c'est normal. Mais on a près de 800 acteurs locaux qui travaillent en commissions, qui s'intéressent régulièrement au travail qui est fait. On a mis en place des actions démonstratives notamment dans les domaines de l'agriculture, de la forêt, des circuits courts - c'est le domaine dont j'ai la responsabilité - mais aussi sur le plan touristique.À chaque fois, on a cette chance d'avoir un territoire qui bénéficie de la double entrée Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d'Azur. Un programme intéressant comme le programme "Aster Bois" ou le programme d'activités de pleine nature de la Région PACA, bénéficient à l'ensemble du territoire du Parc. La solidarité dans ces territoires joue à tous les niveaux. Il y a la solidarité familiale, la solidarité collective dans un village comme St Auban d'Oze où on fait des choses ensemble, on se serre les coudes et puis, la politique de Michel Vauzelle, c'est la solidarité envers tous les habitants de cette région ; que l'on soit en plaine fertile ou dans des productions de moyenne montagne..."

- D.R. : "Quel est le degré d'engagement des femmes dans de tels projets ?"

 - Christine NIVOU : "Ce serait bien qu'on arrive à mettre les femmes au cœur des responsabilités. L'environnement, la vente directe, l'accueil en ferme... ça passe nécessairement par les femmes. Pour l'éducation à l'environnement, on a des fermes expérimentales, des fermes qui accueillent des groupes. Ce sont bien souvent les femmes qui sont sur ce créneau-là. Les femmes ont toute leur place et on les encourage à continuer... Je suis vraiment très très heureuse que Saint-Auban soit au coeur de cette belle journée et je vous assure que sur l'ensemble de la région, je crois qu'on a vraiment des atouts exceptionnels. Le milieu rural n'est pas un endroit à mettre sous cloche... Bien sûr il faut préserver des espaces, mais l'activité humaine est indispensable, dans le respect, bien entendu, de cet environnement magnifique. En tant qu'élue du sud des Hautes-Alpes je peux témoigner qu'il y a quelques années, nous étions le parent pauvre du département... Alors, aujourd'hui, on n'est toujours pas riche mais le fait de ne pas avoir été dans les grands mouvements de développement touristique tout azimut, avec le tout neige, le tout ski, le tout grandes stations, nous a permis de garder toutes nos cartes en mains pour un développement durable harmonieux qui correspond à l'attente légitime de nos concitoyens. Aujourd'hui, on peut le mettre en place.. Ce n'est pas un fantasme. Oui, on peut vivre en harmonie dans un village. On peut permettre aux gens de ce territoire, d'y vivre, d'y travailler et de l'entretenir..."

 .../...




Découvrez tout notre agenda..

AGENDA
DigneDigne
GapGap
AntibesAntibes
Aix-en-provenceAix-en-provence
MarseilleMarseille
Saint-Rémy de ProvenceSaint-Rémy de Provence
HyèresHyères
Les arcs-sur-argensLes arcs-sur-argens
AvignonAvignon
CarpentrasCarpentras
Isle-sur-la-SorgueIsle-sur-la-Sorgue
OrangeOrange