Ouverture culturelle



L'Education socio-culturelle : un plus de l'enseignement agricole

L’Education Artistique et Culturelle est une composante de l'Education socioculturelle qui participe à l'originalité de l'enseignement agricole.

Créée dans la mouvance de l'Education Populaire, dans le contexte des lois de modernisation agricole (1962), l'éducation socioculturelle vise à une « ouverture sur le monde et sur la vie » que doit mettre en oeuvre l’enseignement technique agricole pour une population restée encore à l’écart des enjeux liés au progrès et au développement culturel.

L'éducation socioculturelle (ESC), présente dans tous les diplômes de l'enseignement agricole français, dépasse la seule éducation aux arts en comprenant, par exemple, une éducation aux médias et aux images. De plus, l’éducation socioculturelle privilégie des méthodes actives, notamment la pédagogie par projet. L’Education Artistique et l’Action Culturelle sont inscrites dans les missions et spécificités de l’Enseignement Agricole.
Particularité de ce métier: les professeurs d'ESC doivent assurer un tiers de leur temps en animation (organisation de spectacle, accueil d'artistes, conduite d'atelier de pratique artistique, projets conduits en liens avec le territoire) en collaboration étroite avec l'association des élèves, structure importante de la vie scolaire des établissements disposant le plus souvent d'un internat.

Telle qu’elle est organisée dans l’enseignement agricole, l’éducation artistique et culturelle construit un lien dynamique entre formation et animation des territoires, dans un processus de médiation.

L’Education Artistique contribue à la formation du citoyen, à l’épanouissement de l’individu , à l’ouverture au monde, à l’égalité des chances par le développement de l’approche sensible, le jugement critique et la créativité. La mise en œuvre de projets culturels et artistiques encouragent également les dynamiquescollectives, favorisant ainsi l’intégration sociale.


Projet PATREM 2014-2015

 

Portraits d’Acteurs des Territoires Ruraux et Maritimes (PATREM)



CONTEXTE

Travail sur des documents relatifs à la transhumance issus des archives du CCR.
Novembre 2014 — Cl. Guylaine Bouvÿ — MuCEM

Elèves du lycée agricole d’Hyères sur le terrain : entretien avec un ancien saulnier des Salins de Pesquier — Hyères
Novembre 2014 Cl. Guylaine Bouvÿ — MuCEM

Elèves du lycée agricole de Saint Rémy au CCR : visite des réserves avec Edouard de Laubrie.
Janvier 2015. Cl. Guylaine Bouvÿ — MuCEM

 

Elèves du lycée agricole d’Aix-Valabre au CCR : visite des réserves avec Emilie Girard.
Novembre 2014 Cl. Guylaine Bouvÿ — MuCEM

Le projet a été proposé à l'ensemble des lycées agricoles de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur à l'initiative d'Edouard de Laubrie (Pôle Agriculture & Alimentation du MuCEM), et Agnès Dechy (Complexe Régional d'Information Pédagogique et Technique – CRIPT Provence-Alpes-Côte d'Azur). Le projet « Portraits d'Acteurs des Territoires Ruraux et Maritimes » (PATREM) s'inscrit dans la convention Culture/Agriculture signée en 2008 entre la Direction Régionale des Affaires Culturelles (DRAC) et la Direction Régionale de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt (DRAAF) de Provence-Alpes-Côte d'Azur.
Sept classes sur 5 lycées agricoles ont souhaité participer au projet dès la rentrée scolaire 2014-2015. Les professeurs d'éducation socio-culturelle (ESC), encadrent le projet PATREM et y associent souvent des enseignants d'autres disciplines ainsi que des professeurs documentalistes.

DESCRIPTIF DU PROJET

Le projet propose à des élèves des lycées agricoles d'effectuer des portraits d'acteurs du monde rural et maritime via des entretiens de type ethnographique. Les portraits, filmés, photographiés et/ou enregistrés concernent principalement des professionnels en activité.
Ce travail d'enquête, encadré par des enseignants et par le Pôle Agriculture & Alimentation du MuCEM, va de pair avec une démarche de sensibilisation au patrimoine menée en lien avec le Centre de Conservation et de Ressources (CCR) du MuCEM et, lorsque que cela est possible, avec un musée de société en région Provence-Alpes-Côte d'Azur ou un centre d'Art.
Les élèves sont incités à découvrir de manière active à la fois les collections du CCR en lien avec les thématiques de leurs enquêtes (transhumance, pêche, viticulture, apiculture, etc.) et celles d'un musée de société situé à proximité de leur établissement. Trois musées sont déjà impliqués : le Musée des Alpilles de Saint-Rémy-de-Provence, le Musée des Arts et Traditions Populaires de Draguignan et le Musée de la Camargue à Arles ainsi que le Centre d'Art Contemporain Le Moulin, ville de la Valette et la Maison de la Transhumance (Domaine du Merle) à Salon-de-Provence.
Les portraits réalisés par les élèves feront ensuite l'objet d'une transposition artistique qui empruntera divers formats : fiction, documentaire, exposition, mise en espace théâtrale, etc.
Réalisées par les élèves avec des artistes retenus par la DRAC, ces transpositions donneront lieu à des restitutions dans les lycées, les musées partenaires ou tout autre lieu associé au projet.

OBJECTIFS

Pour le Mucem et les musées partenaires

La constitution d'une galerie de portraits d'acteurs du monde rural et maritime s'inscrit dans une démarche de collecte du contemporain et de contribution au développement du patrimoine immatériel.
Elle permettra au Pôle A&A de constituer un réseau de correspondants liés au monde agricole et de s'insérer dans un réseau de professionnels des musées de société, consolidant ainsi son ancrage en région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Une quarantaine de portraits seront réalisés et seront susceptibles d'enrichir la documentation et les collections du MuCEM ainsi que celles des musées partenaires.

Le projet a aussi pour objectif de valoriser le fonds des collections agricoles des musées de société. Pour le MuCEM, cette valorisation concerne la Galerie de la Méditerranée, les collections et le fonds documentaire du CCR : fonds d'archives photographiques, audiovisuelles et sonores, fonds d'ouvrages et périodiques.

Pour les lycées agricoles

  • D'initier les élèves à l'ethnologie et à la méthodologie de l'enquête de terrain,
  • de les sensibiliser au patrimoine qui les entoure et à l'importance de la conservation préventive à travers la découverte des collections d'un musée de société, des collections du MuCEM et de la visite de la Galerie de la Méditerranée,
  • de les familiariser avec la recherche documentaire,
  • d'inciter les élèves à concevoir un projet artistique original et à réfléchir à sa valorisation.

LYCÉES AGRICOLES IMPLIQUÉS

  • Lycée agricole Agricampus d'Hyères : Classe de Bac professionnel, filière SAPAT (31 élèves) avec Catherine Mortreux, professeure d'éducation socio-culturelle, Jean-Pierre Sotton, professeur d'histoire-géographie et Dorothée Lecuelle, professeure documentaliste. 
  • Lycée agricole de-Valabre à Gardanne (deux classes) : .24 élèves de Classe de seconde, filière Services Aux Personnes et Aux Territoires (SAPAT) avec Annie Capéran, professeure d'éducation socio-culturelle, Amandine Roques-Pierredon, professeure documentaliste. 25 élèves en Classe de 1ère technologique avec Laurent Dussutour, professeur d'éducation socio-culturelle. 
  • Lycée agricole des Alpilles à Saint-Rémy-de-Provence : 16 élèves en Classe de 1ère Bac professionnel avecichel Bonet, professeur d'éducation socio-culturelle, Sylvie Sognos, professeure documentaliste et Bernadette Chauvet, professeure documentaliste. 
  • Lycée agricole les Magnanarelles à Arcs-sur-Argens (deux classes) : 30 élèves en Classe de 1ère Bac professionnel, filière SAPAT (Service Aux Personnes et Aux Territoires) avec Sonia Chaimbault professeur d'éducation socio-culturelle. 21 élèves en Classe de Terminale Bac professionnel Laboratoire Contrôle de la Qualité avec Gérard Cernicchiaro, professeur d'éducation socio-culturelle et Frédérique Charrière, professeure documentaliste. 
  • Lycée agricole des Calanques à Marseille : 18 élèves en Classe de 1ère technologique Sciences et Technologies de l'Agronomie et du Vivant (STAV), spécialité aménagement de l'espace avec Denis Perrigueur, professeur d'éducation socio-culturelle et Audrey Garrigues, professeure documentaliste.

Lectures et liens complémentaire :

l'article consacré au PATREM sur le site du MUCEM.

La page Facebook PATREM

Portraits Ruraux de Haute-Provence (Digne Carmejane)

Novembre 2014 Cl. Guylaine Bouvÿ-MuCEM 


La mission culture et territoire

La mission Culture et territoire a pour objectifs :

 - Participer à l’élaboration d’une politique régionale coordonnée d’éducation artistique et culturelle, d’animation rurale et territoriale en direction des lycéens et apprentis.

- Mobiliser les partenaires institutionnels régionaux sur la cohérence des dispositifs, leur soutien technique et financier.

- Faciliter la mise en œuvre des dynamiques et des projets sur le territoire Provence-Alpes-Côte d’Azur.


Découvrir les actions en Région PACA

Tout sur le « Réseau culturel régional de l’enseignement agricole PACA » : http://escales.enfa.fr/actions-culturelles-en-region/paca/


Résidences d'artistes

Résidences et installation artistique avec Skappa ! (à l'invitation de la Scène Nationale de Cavaillon) dans 4 lycées agricoles de Provence Alpes Côte d'Azur.


"En terre étrangère"

La Scène nationale de Cavaillon a souhaité convier Skappa! pour 3 saisons en tant qu’artistes associés. Grâce à cette collaboration, Skappa! a la possibilité de chercher et créer au sein de territoires géographiques et auprès de publics éclectiques.

C‘est cette dynamique commune qui a permis la rencontre avec la DRAAF, la DRAC (action éducative) et les lycées agricoles situés sur le territoire d’intervention de la Scène nationale de Cavaillon (Carpentras-Serres, Avignon, Saint-Rémy de Provence, Orange).

Un artiste en « terre étrangère »
Skappa ! propose à chaque lycée agricole d’accueillir un artiste ou un duo d’artistes dans leur établissement pour qu’ils l’habitent le temps d’une semaine, et proposent à des jeunes gens et à leurs enseignants de se rencontrer à travers leur langage artistique.
L’artiste devient un « autre » qui communique avec son médium, et fait partager sa «langue étrangère». Le thème de l’autre, de l’étranger, de la langue est un thème cher à Skappa !, compagnie franco-italienne, et il constitue le sujet de la nouvelle création, "10 millions de kilomètres carrés."
Le projet s’articule sur deux axes : 4 mini-résidences de pratique artistique et de présence dans l’établissement, une résidence de création qui a pour but de composer conjointement une installation plastique et sonore qui met en forme, recrée, valorise les travaux réalisés pendant les mini-résidences (hors et dans le temps scolaire).
Les artistes, les élèves et leurs enseignants se retrouvent donc en terre étrangère : les premiers résident et travaillent du dimanche au vendredi soir dans un lieu qui leur est (presque) étranger, les seconds s’essaient à comprendre et à « parler » pendant une semaine un langage qui leur est (presque) totalement étranger.
Il s’agit alors d’inventer un territoire commun, qui tente de faire se rencontrer les outils, les univers et les langages des jeunes gens et ceux des artistes.
Il est envisagé de travailler in situ, de profiter des particularités de chaque établissement, et de l’investir dans toutes ses possibilités (spécificités architecturales, géographiques, spécialisations professionnelles…).

L’artiste habite le lieu

L’artiste va passer une semaine dans l’établissement : il s’agit pour lui d’habiter le lieu, par sa présence, par la production de formes personnelles, par la transformation de l’espace qu’il habite.
Le projet défini par Skappa ! propose à l’artiste de réaliser des « infiltrations » dans le quotidien de l’établissement.
L’artiste ne communique pas seulement avec les élèves qu’il initie à son médium, mais aussi avec toutes les personnes qui habitent le lieu et y travaillent (les équipes enseignantes et administratives, les élèves qui ne participent pas aux ateliers, les internes le soir).
Les travaux réalisés, les matières glanées pendant les mini-résidences (textes, vidéos, dessins, gravures, photos, sons, gestes etc…) sont ensuite mis en commun, lors d’une résidence de création, recomposées par les artistes de Skappa ! pour créer une installation in situ dans un des établissements (Lycée de Carpentras-Serres) ouverte à public large : la communauté pédagogique, éducative, scolaire et parentale des 4 établissements du projet.

La Résidence de création

Il s’agit d’un travail qui mène à la création d’une installation plastique et sonore composée des travaux issus des mini-résidences. Elle est conduite par Aline Maclet, Paolo Cardona, Fabrizio Cenci, et un régisseur général.
Elle a lieu les deux premières semaines de mai au Lycée de Carpentras-Serres.
Elle comporte deux temps :

• La collecte des travaux, des traces, des récits issus des ateliers pendant les mini-résidences par Aline Maclet, Paolo Cardona, Fabrizio Cenci. Il s’agit alors de rencontrer l’ensemble des participants aux ateliers, et de penser avec eux une forme qui pourrait restituer l’expérience vécue.

• La préparation de l’installation in situ au lycée de Carpentras, réalisée avec des élèves de BTS au mois de mai 2010. Il s’agit d’inventer une forme et de l’inscrire dans l’espace du lycée (écriture d’espace, construction, de parcours, transformation des lieux…).

Installation au lycée de Carpentras- Serres

Cette installation est une proposition artistique, et non une « exposition collective », qui associe les expériences des résidences précédentes. Elle donne à voir ce que composent les diverses expériences de l’Autre, dans une forme cohérente qui fait sens.
L’installation sera visible par les élèves des 4 lycées durant la semaine du 17 au 21 mai 2010.

Les + de SKAPPA!
Tous les élèves concernés et leurs enseignants sont invités à venir au « Magazin », proposition artistique hors les murs de Skappa ! à la Scène Nationale de Cavaillon.
Animation d’un blog : durant les mini-résidences, des documents seront produits par les participants et les artistes; ils serviront de contenus pour un espace internet en lien avec la Scène nationale de Cavaillon.
Réalisation d’un film qui retrace l’expérience, du stage de formation des enseignants en novembre 09 à l’installation finale avec les élèves en mai 10.
 
Les lycées agricoles concernés :

• Lycée de Carpentras-Serres (F.Bricon,B.Chaïb-Eddour)
• Lycée de St Rémy de Provence  (N.Ouabdelkader)
• Lycée d’Orange (M.Castanet)
• Lycée d’Avignon  (G.Récubert)

• 4 mini-résidences
• 1 résidence de création
De janvier à Mai 2010  avec le soutien de la DRAAF PACA, de la DRAC PACA et du Conseil Régional PACA

contact Skappa!  www.skappa.org/dyn/spip.php

+ d’infos : agnes.dechy@educagri.fr




Découvrez tout notre agenda..

AGENDA


Education socioculturelle, lorsque la culture rime avec agriculture

Une discipline est peu connue hors de l’enseignement agricole... lire l'article de Monique Royer paru dans les "Cahiers pédagogiques"






Agnès DECHY

Agnès DECHY
Chargée de mission
"Animation-Culture et Développement du Territoire" et 
"Insertion & Égalité des chances"
agnes.dechy@educagri.fr


DigneDigne
GapGap
AntibesAntibes
Aix-en-provenceAix-en-provence
MarseilleMarseille
Saint-Rémy de ProvenceSaint-Rémy de Provence
HyèresHyères
Les arcs-sur-argensLes arcs-sur-argens
AvignonAvignon
CarpentrasCarpentras
Isle-sur-la-SorgueIsle-sur-la-Sorgue
OrangeOrange