Scolarité et handicap

La scolarisation des jeunes en situation de handicap


Maelys : « je vis enfin ma passion du cheval ! »

Maelys : « je vis enfin ma passion du cheval ! »

Cela fait maintenant 2 années que Maelys, élève en première bac professionnel au lycée Louis Giraud de Serres, vit sa passion du cheval : « c’était mon rêve de faire régulièrement du cheval depuis que je suis toute petite, et je peux enfin le faire dans ce lycée, c’est trop génial ! » précise Maelys qui présente un handicap visuel.

C’est tous les vendredis après midi que Maelys complète sa formation scolaire en pratiquant l’option hippologie que propose le lycée Louis Giraud. Le centre équestre du Brégoux accueille une trentaine d’élèves de la seconde à la terminale, toutes filières confondues, et Maelys retrouve Europe, le cheval complice de son apprentissage : « Je pense toujours à ramener à Europe une pomme pour le remercier de sa séance de travail avec moi ! ».

La pratique et la progression de Maelys s’inscrit bien évidemment au regard de sa déficience visuelle. C’est Victoria, sa monitrice, et son professeur d’EPS qui l’accompagnent dans son projet et qui veillent au respect de son intégrité physique et sur sa progression. « Je sais aujourd’hui galoper et j’aime bien çà car c’est une nouvelle sensation, quelque chose que je n’avais jamais connue avant ! » s’empresse de confier l’intéressée.

En plus de cette option, Maelys n’est pas en reste avec le sport car elle participe chaque semaine au cours d’EPS adaptée que propose le lycée. Les élèves qui présentent une ou des déficiences motrices ou qui sont tout simplement blessés se rendent sur un créneau horaire hebdomadaire durant lequel les professeurs d’EPS leur proposent un enseignement qui prend appui sur des activités physiques bien identifiées au regard des leurs aptitudes partielles. Ainsi, Maelys a travaillé au premier trimestre un combiné de course et de marche active et met en œuvre actuellement un programme de musculation personnalisée avant d’aborder du tir à l’arc et de l’escalade. « Je passerai des épreuves d’EPS adaptées pour mon bac comme les autres élèves et j’en suis très fière !».

Et Maelys de conclure : « J’aime bien ce lycée car je m’y épanouis ! », propos qui rappelle que l’école est aussi un lieu d’épanouissement et d’intégration où les différences se vivent bien.

Photos en pièce jointe : Maelys en action sur Europe / Maelys, Victoria sa monitrice et Maeva la bonne copine


La loi du 11 février 2005

L’enseignement agricole s’est résolument inscrit dans le cadre de l’application de la loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées.
Le nombre d’élèves et d’étudiants scolarisés en établissement a fortement augmenté au cours des trois dernières années : ce sont désormais plus de 2600 élèves et étudiants qui bénéficient d’aménagements de scolarité dans l’enseignement agricole. L’aide accordée est réalisée d’après les notifications délivrées par la commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées qui siège au sein de la maison départementale des personnes handicapées. L’effort est significatif et porte pour les élèves accueillis sur l’aide à la communication, le matériel pédagogique et l’accompagnement humain par un auxiliaire de vie scolaire individuel. Les métiers préparés offrent en effet de réelles possibilités d’emploi pour ces personnes à besoins particuliers.

Au sein de chaque direction régionale de l’agriculture et de la forêt, le service régional de la formation et du développement a mis en place un correspondant handicap. Ce dernier a le rôle de soutenir la mise en place de l’aide, précisée dans la notification de la maison départementale des personnes handicapées. Cela se fait dans le cadre d’un projet personnalisé de scolarisation (PPS) , document auquel l’équipe éducative et les parents ont pris part qui cite toutes les exigences matérielles et besoins pédagogiques de l’élève.
Une fois l’élève inscrit, l’inspection académique (ministère de l’éducation nationale) désigne un enseignant spécialisé référent, comme garant du suivi, de la mise en oeuvre et de la cohérence du PPS tout au long du parcours scolaire de l’élève concerné. Il couvre plusieurs établissements dans un bassin géographique. Si un parent ou un enseignant a un problème sur la réalisation du PPS, c’est cet enseignant référent qui doit être saisi.
Les procédures relatives à l’accueil d’élèves-étudiant(e)s handicapé(e)s sont nécessaires mais pas suffisantes si l’on oublie la nécessité de travailler en équipe. Toutes les dimensions du parcours de formation de l’élève handicapé ne pourront être prises en compte et résolues si l’ensemble du personnel de l’établissement ne travaille pas en réseau.

Depuis 2007, l’unité localisée pour l’inclusion scolaire d’Yssingeaux relève ce défi.

Voir la vidéo sur l’ ULIYS (anciennement UPITEC) d’Yssingeaux


Assistance pédagogique à domicile

Mise en œuvre de l’assistance pédagogique à domicile en faveur des élèves et étudiants de l’enseignement technique agricole atteints de troubles de la santé ou gravement accidentés (Note de service DGER/SDPOFE/N2013-2012 du 29/01/2013)




Découvrez tout notre agenda..

AGENDA




Agnès DECHY

Agnès DECHY
Chargée de mission
"Animation-Culture et Développement du Territoire" et 
"Insertion & Égalité des chances"
agnes.dechy@educagri.fr


DigneDigne
GapGap
AntibesAntibes
Aix-en-provenceAix-en-provence
MarseilleMarseille
Saint-Rémy de ProvenceSaint-Rémy de Provence
HyèresHyères
Les arcs-sur-argensLes arcs-sur-argens
AvignonAvignon
CarpentrasCarpentras
Isle-sur-la-SorgueIsle-sur-la-Sorgue
OrangeOrange